intercompréhension

MOOC EFAN Langues – S3 – L’intercompréhension comme socle d’apprentissage des langues

Avec les nouveaux médias les relations entre les langues sont plus courantes et plus faciles. Les voyages, les études et le programme ERASMUS, le service civique à l’international, les relations que l’on garde sur Facebook et les commentaires que l’on peut lire, les films et les séries en VO, les langues étrangères sont partout.

Bien sûr les sous-titres, les traductions sont toujours là pour nous faciliter la tâche, mais c’est souvent fastidieux et on risque de perdre de l’information.

Alors pourquoi ne pas apprendre à comprendre l’Autre.

Une prof de fac avait cette théorie : « si tout le monde apprenait à comprendre l’Autre ce serait beaucoup plus simple », et je me disais que ce serait le rêve pour moi. Je suis très mauvaise pour parler les langues étrangères, mais je peux comprendre assez facilement en fonction du contexte.

D’autant plus que l’intercompréhension est une pratique naturelle et spontanée, mais aussi une nécessité et une capacité humaine (relationnelle, cognitive et interactionnelle).

Il existe deux types d’intercompréhension naturelle :

  • l’intercompréhension acquise où chacun a des connaissances de la langue, mais s’exprime dans celle qu’il maîtrise le mieux
  • l’intercompréhension inhérente, quand les deux langues sont très proches

C’est pourquoi il semble important de développer une méthodologie appropriée qui constituera un levier didactique pour l’apprentissage des langues, c’est-à-dire développer une compétence plurilingue.

 

L’intercompréhension permet une immersion rapide et comparative dans les langues.

Elle a quatre fonctions :

  • introduction, entrée dans l’apprentissage
  • soutien, renforcement de l’apprentissage
  • déclencheur (motivation ou revitalisation) par la mise en situation rapide et authentique d’utiliser des compétences dont on dispose au préalable
  • redéfinition de la finalité des apprentissages par hiérarchisation des objectifs autour d’un bouquet de langue

 

On peut développer deux types d’intercompréhension :

 

  • l’intercompréhension réceptive pour la compréhension

La priorité est donc donnée à la réception, elle s’appuie sur les connaissances préalables et les stratégies de compréhension.

La compréhension peut-être écrite ou orale.

Les programmes Eurom5, EuroCom online et Galatea développent la compréhension écrite d’articles de journaux.

Le programme Itinéraires romans pour un public jeune cible davantage la compréhension orale.

 

  • l’intercompréhension interactive pour l’échange

La priorité est donnée à la participation et à la collaboration. Elle s’inscrit en général dans une démarche actionnelle comme les programmes Galanet et Galapro.

 

Pour en savoir plus sur les programmes d’intercompréhension :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + seize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.