MOOC

MOOC ITyPA – S8 et S9 : se former et faire la fête !?

Je reviens sur ITyPA bien longtemps après la fin du MOOC, peut-être comme preuve que le MOOC ITyPA ne s’arrête jamais !

Le MOOC ITyPA trotte toujours dans ma tête. Une idée, une notion apprise trouvant enfin sa place dans mon cerveau, et voilà que je rêve du MOOC.

C’est assez agréable de s’apercevoir que la plupart des choses prennent leur place et que le reste s’efface ou bien se cache pour me surgir plus tard. On verra bien !

je crois avoir perdu un peu de ma motivation sur la fin du MOOC et il m’aura fallu un temps de repos et de digestion pour pouvoir écrire ce bilan.

La digestion n’est pas totalement finie et j’ai besoin aujourd’hui de ruminer les semaines 8 et 9.

Comment je me forme sans et avec le MOOC ITyPA ?

Curieuse de nature, j’aime découvrir et puis quand je croise la route d’un sujet qui m’attire, me défie, je plonge et je cherche à en savoir plus. Et là, je peux y passer beaucoup, beaucoup de temps.

J’aime apprendre de différentes façons en fonction des moments et de mes besoins d’apprentissage.

Seule, j’ai parfois besoin du groupe, l’envie de partager, de confronter de ce que j’ai appris, compris ou du moins cru comprendre ; dans une salle de classe, à la maison, dans un café ; apprendre la théorie puis la pratique, apprendre la théorie par la pratique ; avec des inconnus, les amis, la famille, les collègues.

Apprentissage formel ou informel, peu importe. Tout dépend de la formation et du temps dont je dispose.

Le savoir étant mouvant et fragmenté, il faut être capable d’aller le chercher, de l’analyser et de l’interpréter : se faire sa propre opinion . Pour cela, il faut bien définir ses objectifs au préalable.

Ce qui ne marche pas toujours pour moi. J’ai beau me fixer des objectifs, j’ai toujours tendance à m’éparpiller et trouver d’autres pistes intéressantes.

Pour tenter de respecter mes objectifs, je mets ces pistes de côté.

Je passe donc beaucoup de temps à trier après…

Durant le MOOC ITyPA, j’ai globalement réussi à respecter mes objectifs initiaux.

Il me reste encore des outils à tester et à approfondir.

Mon EAP a beaucoup évolué durant les premières semaines – il ne pouvait qu’évoluer puisque je partais de zéro – et a beaucoup stagné par la suite car j’ai appris à l’utiliser et à vivre de nouvelles expériences.

Tout d’abord, l’expérience du MOOC, l’expérience Google +, l’expérience Twitter – je compte d’ailleurs bientôt suivre le TwittMOOC de Stéphanie de Vanssay qui me fait de l’œil depuis 3 mois – l’expérience Mindomo, l’expérience de la veille, de la curation, l’expérience de TOUT quoi !

Et surtout l’expérience de la rencontre et de la communication virtuelles.

Inconnues, elles m’ont toujours fait peur pour plusieurs raisons.

Hyper timide, quand je rencontre les personnes, c’est d’abord par le regard et le sourire que la communication commence. Deux signes qui me rassurent et me donnent le feu vert pour aller à la rencontre d’une personne – ou pas parfois.

Rien de tout ça derrière mon écran !

Ensuite, pour moi, l’écrit est bien plus important que l’oral. Je suis assez spontanée à l’oral et si parfois mes paroles sont futiles ou un peu naïves, je m’en moque. Mes paroles dépassent parfois mes mots et c’est sans incidence. En revanche, lorsque j’écris, ma pensée rattrape vite mes mots et je trouve que mes interventions sont sans intérêt ou du moins n’apporte rien d’intéressant. Par peur de voir rester ces écrits, qui pourraient être critiqués, j’efface tout !

Avec ITyPA j’ai appris à relativiser sur cela. J’ai commencé à laisser des messages sur le forum et des commentaires sur certains sites.

Cela est encore un peu difficile, mais j’ai appris que les gens sont majoritairement bienveillants, que mes interventions, qui ne sont que le reflet d’un moment, ne changent rien concernant ce que je suis et surtout qu’elles me permettent d’avancer dans mon apprentissage.

C’est avant tout pour cette raison que je publiais des articles sur le MOOC ITyPA assez régulièrement. Je sais bien que ce n’était pas forcément intéressant pour les autres, mais c’était essentiel pour moi (feedback, résumé, moyen de mémoriser).

Enfin, c’est un MOOC très déstabilisant car on doit y apprendre empiriquement. C’est un apprentissage dont je n’avais plus vraiment l’habitude. L’université et les notions abstraites qui peuvent y être enseignées ne favorisent pas ce type d’apprentissage.

D’ailleurs, l’université nous apprend bien souvent à répéter du savoir et à comprendre ce que désire le prof pour réussir. On est alors inondé de tonnes de connaissances, choisies en avance pour nous et très peu contrastives.

Ce qui est très appréciable dans le MOOC ITyPA, c’est qu’il n’y a pas l’idée de réussite ou d’échec, si ce n’est la réussite ou l’échec de l’objectif que l’on s’est soi-même fixé. Les connaissances sont apportées par les « apprenants » pour les « apprenants » et chacun en comparant les apports cherche à répondre à ses questions.

J’espère que l’engouement des MOOCs ne va pas retomber car j’adore ce type de formation. Je pense sincèrement que dans le cadre d’une formation continue, les certifications des MOOCs pourraient « faire concurrence » aux diplômes nationaux. À la différence que les MOOCs ne délivrent pas de diplômes indispensables à la vie professionnelle. La formation continue laissée de côté par de nombreux salariés pourraient y trouver son compte avec les MOOCs grâce à la souplesse des horaires et du lieu de formation. Mais cela va peut-être encore changer avec le Compte personnel de formation

Et dans le cadre de la formation initiale, les MOOCs me semblent être un excellent moyen de compléter sa formation.

Bon vous l’aurez compris, l’expérience fut bonne et je serai ravie de revenir sur la saison 4 pour apprendre encore et encore …

 

 

2 Comments

  1. Bonjour et bravo pour ce bilan !
    J’apprécie beaucoup la prise de conscience de l’importance de la formalisation des idées en publiant des articles. J’en suis aussi convaincu, mais c’est difficile à faire passer. Bravo aussi pour ta persévérance : c’est un des reflets de la motivation qui devait être vraiment très élevée au début et tout au long du MOOC.

    Bonne continuation, et à bientôt sur les réseaux 😉

  2. Merci !
    Comme je viens de le dire via Twitter, je voudrais faire par la suite un bilan plus tourné vers ITyPA car je trouve que c’est un MOOC très formateur, que beaucoup de personnes devraient suivre de près ou de loin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.